Les activités humaines

Marqué par l’omniprésence de la problématique hydraulique, l'Étang de Capestang abrite des activités qui ont su en tirer profit pour en révéler la richesse. Ces activités, qui doivent leur pérennité à leur capacité d’adaptation aux contraintes du milieu, s’avèrent déterminantes dans la préservation des espaces naturels.

 

Les activités socio-économiques pratiquées peuvent se classer en 2 types :

  • Les activités traditionnelles : l’agriculture sur 800 ha soit 57 % de la surface totale du site et la chasse. 
  • Les activités récentes de tourisme et loisirs

 

Parmi les enjeux importants dégagés du diagnostic socio-économique, nous pouvons identifier :

  • La gestion hydraulique de l’étang qui conditionne la bonne tenue des usages du site, particulièrement l’activité cynégétique, les activités agricoles et la protection des populations contre les inondations. La gestion des apports d’eau que ce soit quantitatif comme peut l’être le cas extrême de crue du fleuve Aude ou qualitatif par la problématique de la composition des eaux du bassin versant en polluants est un paramètre déterminant.
  • La chasse, activité reine dans le cœur du site, qui joue un rôle notoire en tant que vigie et gestionnaire des espaces naturels.
  • L’élevage bovin et ovin, facteur principal de maintien des milieux ouverts, dont l’action doit être encouragée pour en optimiser le bénéfice et en assurer la pérennité.
  • La viticulture traditionnelle, partie intégrante du patrimoine culturel, qui doit être accompagnée vers une certaine évolution de pratiques.

 

Le site Natura 2000 est privé à près de 90%